top of page

Le Quartier de Yoshiwara - Le sanctuaire Shinto de Yoshiwara

Dernière mise à jour : 6 oct. 2023

Yoshiwara Jinja

Cette semaine, nous allons aborder, grâca au Yoshiwara une autre particularité japonaise : la coexistence de deux religions. Le Bouddhisme que nous avons évoqué la semaine passée avec le temple Jyokanji, et le Shintoisme dont le sanctuaire principale est le sanctuaire d'ISE.

Pour illustrer plus en détail, découvrons le Sanctuaire Shinto de Yoshiwara (Yoshiwara-jinja), qui regroupe en fait 5 sanctuaires, positionnés au 4 coins du Yoshiwara ainsi qu'à l'entrée.



Sur la photo du sanctuaire 1 ci-dessous, on voit un Torii (portique spécifique des sanctuaires shinto, qui marque la limite du territoire sacré, et sous lequel il est "obligatoire" de passer.


Vous noterez les couleurs vives, en particulier le vermillon caractéristique des sanctuaires Shinto, par opposition aux temples bouddhistes beaucoup plus sobres.

Sur la partie horizontale du Torii on remarque des pliages de papier blanc : dans chacun de ces papiers se trouve la divinité (Kami).


Un Kami peut-être un élément de la nature (une montagne, un arbre, un rocher,) ou bien une force (vent, cascade). Ils peuvent être également des personnes ayant eu des réalisations remarquables (par exemple l’empereur Meiji, les âmes des soldats morts dans les conflits (2,5 millions d’âmes enchassées au sanctuaire de Yasukuni), certains écrivains ou acteurs de Kabuki….


Chaque sanctuaire héberge un kami.


Chaque kami correspond à un besoin de la vie (belles récoltes, développement des entreprises, réussite professionnelle, santé en général ou guérison par rapport à une maladie spécifique, réussite aux examens, fécondité, recherche de l’amour…).


Le sanctuaire appartient à la lignée Inari. Il existerait 2900 sanctuaires principaux et 32000 petits sanctuaires Inari au Japon, le principal étant situé à Kyoto à Fushimi.


Inari est la colline de Kyoto où est bâti ce sanctuaire. Cette colline est elle-même une divinité, à l’origine bienfaitrice de l’agriculture : en effet elle a protégé le Renard que la déesse Amaterasu avait envoyé sur terre avec 5 grains de riz dans la gueule. Ces 5 grains de riz sont à l’origine de la transformation d’une terre sauvage en une terre cultivée.

Par extension, la divinité est devenue également favorable au commerce, à l’industrie et à la réussite pécuniaire.



Ils ont en commun les petits « Torii » vermillon qui balisent l’entrée vers le sanctuaire. Chacun d’entre eux est une donation d’un fidèle pour obtenir la concrétisation d’un vœu ou pour remercier pour la réalisation.


Tous les sanctuaires sont structurés selon le même principe, avec un sanctuaire « principal ». La traduction littérale de sanctuaire principal est « siège social ». Dans l'estampe représentant le sanctuaire d'Ise, sont représentés les grands prêtres de ces lignées.




Dans le cas du Yoshiwara on trouve également des hommages aux habitants du quartier.

La première stèle s’intitule « les vestiges des fleurs du Yoshiwara » , avec bien évidemment un double sens sous le mot Fleurs.



La seconde stèle notable rend hommage à Shoji Jinemon, le principal promoteur en 1617 de la création du Yoshiwara : il s’agit en fait d’un grand tenancier de maisons de passe. qui s’ était rendu compte de la nécessité d’organiser et de réguler son activité, du fait du développement très rapide de la ville de Edo qui conduisait sans cesse à relocaliser ses établissements. Il avait ainsi demandé au Shogun Tokugawa de créer un quartier fermé.


En fait une stèle en l'honneur d'un grand proxénète...


Enfin une stèle rendant hommages aux trois principales "maisons " de la fin du XIXème siècle.



A la différence des stèles du temple bouddhiste de Jyokanji qui évoque essentiellement la mort, les sanctuaires shinto évoquent la vie et des personnages ayant réussi.


Et enfin parce qu'au Japon, rien n'est jamais simple : les sanctuaires enchassent une autre divinité "Benzaiten", qui est également une une déesse Bouddhiste du nom de Sarasvati...

Elle représente tout ce qui coule (l'eau, le temps) et par extension les mots, l'éloquence, la musique et dans une deuxième extension le savoir.

Depuis le XVIème siècle, elle représente la sagesse.



Un indice avec l'estampe originale de Hiroshige du sanctuaire d'Asakusa, également appelé Kinryuzan...

Hiroshige est avec Hokusai le maître d'estampe le plus réputé dans le monde entier.


Bonne semaine

93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page