top of page

Le char de fleurs

Série « Dames de l’ère Tokugawa »

Toyohara Chikanobu (1838-1912)

1896 -1897

 

VENDU

 

Auteur :

De son vrai nom Hashimoto Naoyoshi, il combattit avec les dernières troupes loyales au shogun contre les troupes impériales (jusqu’en 1868). Il fut célèbre pour sa bravoure.

Il décida de vivre de son art à partir de 1875 . en participant à l’école de Ichiyusai Kuniyoshi, en représentant la modernisation du Japon (comme beaucoup de ses contemporains), la vie à la Cour impériale et l’Empereur Meiji.

 

Il devint très célèbre en 1884 quand il représenta la tentative d’assassinat de l’ambassadeur du Japon en Corée (incident de Jing).

Il continua avec des représentations de scènes de guerre à la gloire de l’Armée Impériale (Guerre nippo coréenne, guerre nippo chinoise, guerre nippo russe), et de l’Empereur Meiji.

 

A partir de la fin des années 1880, effrayé par la modernisation du Japon,  il devint nostalgique du passé et de l’époque shogunale : alors que le pays se modernise il dessine plusieurs séries décrivant la vie pendant la période shogunale disparue et il arrête les estampes « guerrières ». Il le fait à l’opposé de autres créateurs d’estampes qui décrivent le changement du Japon et célèbrent les campagnes militaires contre la Chine et la Russie.

 

Sa série « Enseignements de l’histoire du Japon » (Nihon Rekishi Kyokun Ga) qui retrace des évènements célèbres de l’histoire ancienne japonaise est célèbre.

 

Il a réalisé plusieurs séries sur la vie des nobles aux XVIII/XIXèmes siècles dont deux séries complémentaires :

  • « La vie au Palais shogunal de Chiyoda »(Chiyoda no omote) qui comprend 99 estampes), décrit des évènements se passant dans le château du Shogun à Tokyo à la fin de l’Ere Tokugawa (1ere moitié du XIXème)
  • « La vie cachée au Palais shogunal de Chiyoda » (Chiyoda no oku) qui comprend 29 estampes ( 8 triptyques et 1 pentaptyque). Cette série se traduit également par « Les dames du Palais shogunal de Chioyoda). En effet, cette série décrit des scènes de vie des dames nobles.

 

Il a été un pionnier dans l’utilisation de pigments synthétiques (allemands) permettant de représenter les couleurs rouges et pourpres.

 

Sujet de l’estampe :

L’enfant à droite est une jeune princesse à qui les dames de compagnie montrent un char de fleurs.

Noter le caractère monumental du char fleuri, la richesse des kimonos ainsi que la souplesse des plis et la souplesse de la corde tirant le char.

Noter le relief dans les kimonos réalisé avec une technique complexe de marouflage

Dimensions : 36*71

 

Sceaux :

Signature : Yoshu Chikanobu

Editeur : Hasegawa Tsunejiro (derniers caractères en bas à gauche) éditeur et imprimeur. Actif fin de la périodeTokugawa (1860) et pendant l’ère Meiji (jusqu’en 1915). A édité tous les grands auteurs de la fin fu XIXIème (Hiroshige, Hiroshige 3, Kunisada, Yoshitsuya, Yoshitoshi)

Dans la colonne à gauche en bas à gauche année illisible, mais année décrite comme 1896 ou 1897 dans les références de musées ou de revendeurs

 

Musées :

Estampe présente à Artelino https://ukiyo-e.org/image/artelino/27754g1

Tokyo Metro Library https://ukiyo-e.org/image/metro/6187-C001(01)

 

Artiste present à Honolulu Museum of Art, Waseda University Theater Museum, Robyn Buntin of Honolulu, British Museum, Library of Congress Washington DC, Austrian Museum of Applied Arts Vienna,

 

 

 

Chikanobu - Le char de fleurs

€0.00Price
    bottom of page