top of page

Courtisane de la maison Kuki

Série : Des belles dames du temps présent

 Toyohara Kunichika (1835-1900)

1865

 

Auteur :

Kunichika (1835-1900), très précoce, il devient disciple de Chikanobu à l’age de 13 ans, puis de Kunisada (Toyokuni III), d’où son nom hommage à ses deux maitres.

Il avait une réputation d’enfant turbulent, plusieurs fois impliqué dans des bagarres.

Il se spécialise dans les acteurs de Kabuki. Alcoolique et amateur de femmes il peint aussi des beautés et des scènes de la vie quotidienne. Il fut choisi pour peindre le portrait officiel de son défunt maître Kunisada.

Le gouvernement japonais lui commanda 10 estampes pour exposer à l’Exposition Universelle de Paris en 1867 (et à celle de Chicago en 1893) et faire découvrir au monde les estampes japonaises. Il était reconnu comme un des meilleurs dans l’utilisation des couleurs.

Malgré la modernisation du Japon il resta fidèle à ses sujets de prédilection et « ne se compromit » pas dans les éloges de l’armée impériale.

En 1900 le chagrin et l’alcool l’emporteront à l’âge de 65 ans : sa fille Hana était décédée en couches à 39 ans 18 mois auparavant.

Sur sa pierre tombale, est écrit une épitaphe qu’il a lui-même rédigée :

« Je suis las de peindre des portraits des gens de ce monde, je vais peindre des portraits du Roi de l’enfer et des démons »

 

Il signa Osai Kunichika dans les années 1850-1860

 

Sujet de l’estampe :

Courtisane dans un kimono  d’apparat.

Noter la richesse du kimono, avec la grande variété de fleurs

La courtisane dans ses habits d’apparat et chaussée de gueta (sandales) surélevées en laque se prépare à une parade, probablement dans la rue principale (Nakanocho) du quartier des plaisirs (Yoshiwara).

La dame est sous des cerisiers en fleurs.

Noter la composition typique des estampes avec les arbres à droite et à gauche représentés partiellement et qui « ferment » le cadre.

Noter le gaufrage (relief) dans les revers blancs et le col du kimono.

Cette estampe fait partie d’une série de 5 estampes représentant les courtisanes les plus célèbres du moment.

Celle-ci porte le numéro 5.

Nom de la maison : Maison Kuki et nom de  la courtisane indéchiffrable.

当世美人揃

Dimensions (cm) : 24,5*35,5

 

Sceaux :

Signature : Kunichika, avec en dessous le Toshidama (cercle rouge) caractéristique de l’école Utagawa et en particulier de Kunisada (le maître de Kunichika).

Censure : sceau caractéristique de la période 1859-1871 où le signe Aratame ainsi que la date sont dans le même sceau. Ici, à gauche Aratame, en haut à droite l’année du Bœuf (1865), et en bas à droite le premier mois de l’année (janvier)

Editeur : Hiranoya Shinzo. Débute dans l’activité d’édition en 1861 en rachetant un petit éditeur (Nishinomiya Shinkichi). Est actif jusqu’en 1869. Le sceau indique de haut en bas une partie de l’adresse (Mancho) suivi de Hiranoya. Ce sceau semble n’avoir été utilisé qu’entre 1863 et 1865.

A édité Hiroshige II, Kunisada, Yoshitora, Hiroshige III

Graveur : Hori Ota Tashichi : sceau utilisé de 1862 à 1866 par Ota Komakichi (1834-1882), Hori signifie graveur.

久喜樓 : Kukiro – Maison Kuki

 

Musées :

British Museum, Bibliothèque de la Diète, Museum of Fine Arts Boston, Honolulu Museum of Arts, Harvard Art Museum, Edo Tokyo Museum, Metropolitan, Museum of Art New York, Art Gallery of Greater Victoria, Robyn Buntin Museum of Honolulu, Waseda University Museum, Tokyo Metro Library, Austrian Museum of Applied Arts

 

Série complète :

https://ukiyo-e.org/image/jaodb/Kunichika_Toyohara-No_Series-Set_of_present_day_beauties-00040437-070331-F12

Kunichika - Courtisane de la Maison Kiku

€160.00Prix
    bottom of page